logo Steeple

Salariés : libérez-vous de votre prison dorée

prison

Pour satisfaire leurs collaborateurs, les chefs d’entreprise ont compris que le salaire ne fait pas tout. C’est pourquoi ils proposent de plus en plus d’avantages. Mais ne vont-ils pas trop loin ? Vacances, restaurants, hôtels, bureaux réaménagés, retour sur ces avantages qui peuvent emprisonner certains salariés. 

Entreprise : et si vous y étiez pour les mauvaises raisons ? 

La sécurité de l’emploi, un bon salaire et les avantages ont tendance à retenir les collaborateurs malgré une insatisfaction qui monte. Même si la culture du bien-être est à la mode, de plus en plus de collaborateurs sont proches du burn-out.

Contrairement à ce que l’on pense, un environnement trop protecteur et généreux pourrait devenir nocif et source de mal-être. 

Mais les avantages sont-ils plus importants que le travail ?


Prenons l’exemple des consultants des grands cabinets. Ils témoignent qu’ils aiment leur travail, ne veulent pas le quitter. Pourtant, ils se plaignent des sacrifices et souffrances qui l’accompagnent. Une charge trop importante de travail peut générer du stress et de la fatigue. Tout comme un travail ennuyeux peut être synonyme de mal-être. Mais le collaborateur décide quand même de rester enfermé dans son confort.

Des avantages de plus en plus nombreux

Tickets-resto, primes, invitation à des évènements sportifs, séminaires d’entreprise, les avantages sont très nombreux… et surtout très inégaux.

57% des personnes actives affirment que les avantages font partie des premiers éléments qu’ils prennent en considération avant d’accepter un poste.

D’après Glassdoor

C’est pourquoi les employeurs placent la barre très haute et proposent parfois des avantages plus conséquents : un logement ou une voiture de fonction, des voyages en classe business ou encore des déjeuners dans des restaurants étoilés. Le but est de chouchouter ses salariés. 

 
Quelques exemples d’avantages qui font rêver :

  • les employés de la SNCF bénéficient de la quasi-gratuité des transports sur le réseau pour leur conjoint et enfants.
  • Même chose du côté d’Air France où les employés paient une partie minime de leurs billets d’avion.
  • Les salariés de Enedis et Engie n’ont pas de taxes et d’abonnement pour l’électricité et le gaz, et dépensent en moyenne entre 5 et 10 % de la facture normale.

Ces avantages se révèlent efficaces pour motiver et fidéliser ses salariés. D’ailleurs, de plus en plus d’entreprises tentent de sortir du lot en proposant des avantages vus nulle part ailleurs : semaine de quatre jours, vacances illimitées, salaire libre…
Vivre dans une entreprise offrant un cadre et des activités agréables est également devenu un véritable atout. Les baby-foot, les consoles de jeux, et les tables de ping-pong sont désormais omniprésents dans les Open Space. L’idée est d’offrir aux collaborateurs de quoi se divertir pour les rendre plus heureux.

Une erreur souvent commise par les managers

De plus en plus d’entreprises essaient de “copier” les entreprises préférées des salariés français. Avec des locaux et avantages comme Google ou Airbnb, celles-ci espèrent attirer et garder leurs talents.

Elles font attention à leur image et accentuent sur la qualité de vie au travail dans l’unique but d’attirer des talents. C’est pourquoi lors des entretiens, ces entreprises misent uniquement sur les avantages et non sur les missions. 
Une erreur fréquemment commise puisqu’en réalité les avantages et changements de décor ne changeront pas les mentalités ni le sentiment de bien-être des collaborateurs. 

Si on ne consulte pas les collaborateurs, si on n’écoute pas leurs besoins, l’effet waouh ne dépassera guère quelques jours

affirme Richard Galland, président de l’agence Majorelle, à Challenges.

Le problème principal est de ne pas réussir à stimuler intellectuellement les collaborateurs et vouloir les garder à tout prix. 
Mais il est tout à fait normal d’avoir des départs au sein d’une entreprise. Ce qu’il faut c’est que le taux de turnover soit contrôlé (idéalement inférieur à 5%).

Une entreprise offrant des avantages et proposant un environnement aménagé pour que leurs employés se sentent comme chez eux est propice au bien-être, mais est loin d’être suffisant.

La qualité de vie au travail, c’est avant tout les missions en elles-mêmes, l’ambiance de travail et les normes que l’on impose aux collaborateurs. Cet ensemble va influencer le moral, l’épanouissement et la performance des collaborateurs. Désormais il ne suffit pas de vendre le job parfait mais de trouver le juste milieu. 

Inscrivez-vous à la newsletter !

Tous les 1er mardis du mois, retrouvez 4 idées d’articles autour de la communication, les dernières fonctionnalités Steeple et les prochains ateliers dans votre région.

Articles recommandés